AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lady GaGa au Métropolis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maybe
TO KNOW IS TO LOVE HER
TO KNOW IS TO LOVE HER


Féminin
Nombre de messages : 2055
Age : 47
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Lady GaGa au Métropolis   Mar 31 Mar - 18:04

Lady GaGa au Métropolis : la grande imposture de Stefani

Philippe Renaud, collaboration spéciale
La Presse

Lady GaGa.

Admettez que c'est un nom de scène débile.

Et que dire de son succès Just Dance ?

De la pop-dance à numéros qui a le malheur de s'infiltrer entre nos 2 oreilles et d'y rester un peu trop longtemps pour le bien de notre santé mentale.

Son concert à guichets fermés au Métropolis ?
Ben, il nous a jeté sur le derrière.

Pour une raison, alors là, totalement insoupçonnée. Le week-end qui vient de
se terminer fut celui de Lady GaGa.
La starlette dance-pop à la coiffure platine et aux lunettes fumées clinquantes s'est offert la
tournée (promo) des grands ducs: un saut au HMV du centre-ville relayé en direct par CKOI et capté par Musique Plus, concert dans un Métropolis bondé, visite aux star-académiciens (ceux d'American Idol auront sa visite dans quelques jours)...

La toute première tournée de Lady GaGa, le Fame Ball Tour, qui traîne dans son sillage trois jeunes groupes en première partie (Cinema Bizarre, Chester French et The White Tie Affair), est une affaire ambitieuse conçue avec des moyens limités.
Une version à très petite échelle du «cirque» de Britney Spears, mais qui expose une artiste affamée, vraisemblablement déterminée à prendre sa place au firmament de la variété dance. Son tour de chant s'ouvre par la projection d'un court film intitulé Who Shot Candy Warhol
- un autre personnage pour celle que sa maman appelle Stefani Germanotta.
Voilà qui donne le ton au spectacle, par une association facile avec le maître du Pop Art: le thème de la célébrité est au coeur de l'album The Fame, et le personnage de Lady GaGa lui-même joue sur la prépondérance de l'image sur le contenu. Vue sous cet angle, la starlette passe elle-même pour une «expérience» de pop-consommation, l'application pratique des fameuses 15 minutes de gloire de Warhol.
Ça démarre avec l'interprétation de Paparazzi,
la Lady sur un petit piédestal, encerclée de panneaux métalliques. Ses danseurs déplaceront les panneaux (et reviendront plus tard avec trois panneaux vidéo LED) pour nous faire découvrir la blonde chanteuse dans une robe-concept qui met en valeur ses jambes et sa petite culotte. En plus des trois danseurs, un seul musicien sur scène, DJ Space Cowboy.
Il se passera une fois une guitare électrique au cou. Le reste du temps, il s'applique à déclencher les séquences instrumentales sur lesquelles chante la Lady en dansant - c'est carrément un ruban qui défile et une Lady qui chante par-dessus pendant presque toutes les 80 minutes du concert.
Les chorégraphies semblent plutôt réussies, comme les chansons, d'ailleurs.
Toutes composées par Lady GaGa, elles n'amènent rien de bien neuf et s'inspirent parfois clairement de vieux succès dance des années 80 et 90.
Dans le genre, pourtant, elles sont tellement accrocheuses qu'on en reste hébété.
De gros refrains si sucrés qu'ils nous rendent,
heu,
bêtement gaga.
Ainsi défilent les trois premiers quarts du spectacle, entrecoupés de courts intervalles vidéo sans grande profondeur qui donnent le temps àla chanteuse de changer de tenue. Or, après l'un de ces changements, GaGa revient en soufflant des bulles de savon sur scène pour s'approcher d'un piano électrique qu'on y a poussé.
Et ça dérape.
Royalement.
Heureusement.
Ce qu'on découvre nous scie en deux.
Lady GaGa discute d'abord avec ses fans. C'est interminable, ça casse le rythme, elle n'en peut plus denous dire merci et qu'elle nous aime.
Bon, c'était son 23e anniversaire, sa famille était au Métropolis, alors on lui pardonne ces
flagorneries.
Elle se met ensuite au piano, pour une version forcément dépouillée de Poker Face (qu'elle reprendra au rappel).
Puis une nouvelle composition, Future Love. Une ballade rhythm&blues classique juste un peu salace. Voyez-vous ça :
Lady GaGa sait chanter.
Je veux dire: elle sait tellement chanter qu'elle pourrait tout d'un coup nous faire oublier
Amy Winehouse Question Question Question
Une voix forte, cuivrée, un timbre de blues, un vibrato
pas forçant ni forcé, de la passion et de la personnalité.
Ça frappe:
GaGa n'est pas Britney.
Ni Fergie, ni Gwen, ni Christina.

Et c'est sa chanson, aussi - un coup d'oeil sur sa bio nous apprend que, élève douée dans une école de musique réputée de New York, elle a commencé à 18 ou 19 ans à écrire des tubes pour Britney, Fergie et les Pussycat Dolls.
Derrière le strass, les paillettes, les lunettes, derrière les niaiseries dance-pop et le concept vaseux de célébrité emprunté à Warhol, derrière les prétentions glam et les invocations de David Bowie pour faire distingué, il y a une musicienne pour vrai de vrai.

La grande imposture : son expérience de mise en marché a réussi - Lady GaGa trône
présentement aux sommets en Angleterre,
elle est cinquième auBillboard,
septième au SoundScan canadien. Bravo.


http://www.cyberpresse.ca/arts/spectacles/200903/30/01-841523-lady-gaga-au-metropolis-la-grande-imposture-de-stefani.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maybe
TO KNOW IS TO LOVE HER
TO KNOW IS TO LOVE HER


Féminin
Nombre de messages : 2055
Age : 47
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 29/06/2008

MessageSujet: Re: Lady GaGa au Métropolis   Jeu 2 Avr - 13:48

http://www.youtube.com/watch?v=M65zI9LH-as

Si il est une fille de notre époque Lady Gaga est celle-ci !
De son vrai nom Stefani Joanne Angelina GermanottaLady
Gaga née en 1986 est une chanteuse-auteure-compositrice-interprète américaine.




Pas étonnant qu'on la croit sortie d'un épisode de "Jem et les
hologrammes" !
Mais impossible de caser Lady GaGa dans un genre musical particulier tant elle alterne entre la pop, la dance, l’alternatif, le rock, etc.

Mais... Par sa simple existence, Amy Winehouse a incité Lady GaGa à se
lancer.
Amy a été, par son look non conventionnel, l’inspiration qui
l’a fait se réaliser et devenir ce qu’elle est.
Mais je ne lui trouve rien d'exceptionnel, je trouve juste que
la chanson est pas mal du tout (c'est pas le morceau que j'écouterais en boucle
pendant des heures... c'est toujours les mêmes concepts, les mêmes
rythmes et à la longue ça devient lassant).
Et de là à en faire une icone...tout
le monde en parle comme de la nouvelle Madonna (on disait pareil de
Rihanna) mais sérieux je trouve qu'elle n'a rien d'original c'est le
genre de chanson qui fait fureur pdt qques temps car on peut danser
dessus et que c'est pas mauvais mais je pense pas qu'elle durera dans le
temps...
De + je trouve que trop de
pub et de passages à la radio tuent l'artiste et la chanson : il y a
beaucoup de musiques que j'aimais bien au départ et qui désormais me
sortent par les yeux à force de les avoir entendues sans cesse à la
radio !

Et vous qu'en pensez vous? originalité? ou encore une pseudo-artiste?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roulya
Journaliste du forum
Journaliste du forum


Féminin
Nombre de messages : 3680
Age : 36
Localisation : Montelimar
Humeur : FU** THE DRUGS.
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Lady GaGa au Métropolis   Jeu 2 Avr - 21:38

je pense exactement comme toi .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lady GaGa au Métropolis   Aujourd'hui à 2:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Lady GaGa au Métropolis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Presse] Lady Gaga et Bill Kaulitz, quel look est le plus rare ?
» [Vote until your fingers bleed] MTV Brésil - Meilleure cover de Lady Gaga
» Lady Gaga - Metallica
» Lady Gaga
» Joyeux Anniversaire Lady Gaga ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum sur Amy Winehouse :: LES AUTRES MUSIQUES-
Sauter vers: